Sénégal Saint-Louis : la place Faidherbe renommée "Baya Ndar"
Articles Blog

Décolonisation des esprits : elle passe aussi par la simple façon de dire et nommer les choses

Décolonisation des esprits : elle passe aussi par la simple façon de dire et nommer les choses

Au Sénégal, la ville de Saint-Louis débaptise sa place la plus emblématique : la place Faidherbe. Elle fut nommée ainsi en hommage au général français Louis faidherbe.

Gouverneur du Sénégal alors propriété de l’empire français, il est l’homme à l’origine des Tirailleurs. Présenté comme le « pacificateur » de la région, il faut comprendre par là qu’il dirigea d’une main de fer, la lutte armée contre toute opposition au pouvoir colonial ?

Depuis 1891, une statue géante à son effigie trônait sur la place portant son nom. Samedi 26 septembre, la mairie de Saint-Louis a fait savoir que la place Faidherbe allait être débaptisée pour prendre un nom wolof. Elle sera renommée « Baya Ndar. » Littéralement « La grande place de la ville de Ndar » car le nom original de Saint-Louis est NDAR.

Découvrez mon don dernier ouvrageAZANIA – Disponible sur Dzaleu.com/shop, et sur toutes les librairies en ligne (Librinova, (Google Play Store, Amazon, Kobo, Leslibrairies.ca, Fnac, etc.) Merci d’y laisser vos avis et commentaires. Vous pouvez aussi me contacter sur @minsilizanga (Instagram et Twitter)

Mon avis sur la question :
L’Afrique, notamment francophone, ne pourra faire l’impasse sur la nécessité de co-construire sa réalité

Être soi c’est aussi avoir la capacité de penser son monde et non systématiquement mettre ses pas dans ce que d’autres ont construit.  

Cette capacité à se penser, est aussi signe qu’on est apte à se projeter dans un futur où on est co-constructeur et non simple consommateur.

Prenons le cas de ma ville natale au Cameroun :
Ongola Ewondo (Yaoundé)

Ongola Ewondo (Yaoundé) Kolo Beti
Ongola Ewondo (Yaoundé) Kolo Beti

Depuis bientôt un siècle, sa population autochtone est en voie de disparition, sous le silence (complicité ou fatalité) des premiers intéressés et du pouvoir post-colonial.

Déliquescence culturelle et socio-économique, pression foncière, gentrificatrion accélérée, la périphérie comme la ville intra-muros subit à son tour cette vague, comme si en Afrique post-coloniale, anticiper sur l’avenir des peuples autochtones dans la transformation en mégapoles de leurs lieux ancestraux, était de l’ordre de l’utopie.

Entre  « Yaoundé et « ONGOLA EWONDO », mon choix est fait : #OngolaEwondo, absolument ! Bravo à Mansour FAYE, maire de Saint-Louis pour cet acte hautement symbolique. ©Minsilizanga.com  

A LIRE :
« HÉRITAGE COLONIAL : SAINT-LOUIS (SÉNÉGAL) VA RENOMMER LES NOMS DES RUES »

AZANIA (recueil de nouvelles) de Minsili ZANGA MBARGA