Manu Dibango Jazz Cameroon
Articles Blog

« Abui ngang », merci pour tout, Manu Dibango

Lorsque j’ai appris que Manu était sorti de l’hôpital et se reposait chez lui, comme beaucoup sans doute, j’ai posé un ouf de soulagement. Certes, à 86 ans, on pourrait se dire qu’il a eu une vie bien rempli. Mais voilà, il y a des êtres qui, même en ne les connaissant que de loin, marquent des millions de leurs contemporains. C’est le cas de Manu Dibango.

Comme beaucoup, j’aurai aimé le revoir au détour d’un morceau, d’un programme télé, nous régalant de son inimitable voix grave, après ces moments difficiles que nous vivons de par la planète. Hélas, il n’en sera rien, cette icône, ce géant tant physiquement qu’intérieurement, nous a quitté.

Imposant physiquement par sa grande taille et son look à nul autre pareil, Manu Dibango malgré sa célébrité était quelqu’un de très accessible. Je me souviens d’une des rares fois où je l’ai vu en concert il y a très longtemps. Chacun voulait s’approcher de lui. Et lui avec son saxo, il souriait avec ce sourire qu’on lui connaît tous.

Il répondait aux salutations de chacun, s’attardant pour échanger un mot. Même sans le connaître intimement, ça se voyait que c’était un sacré bonhomme, une belle âme ! Ça se voyait que ce sourire qui semblait perpétuellement l’habiter, était autant extérieur qu’intérieur. Il était rayonnant !

Il s’en va à une période difficile pour le monde entier. Je pense à tous ceux qui auraient voulu lui rendre un dernier hommage physiquement, mais ne le pourront pas confinement oblige. Je pense aux Camerounais, il a tellement apporté à notre pays natale avec simplement sa musique. Pour moi, il est une vibrante image de ce que furent les artistes de mon enfance : rassembler les gens, prendre soin de nos intérieurs, apaiser nos âmes, enseigner aux autres à travers la musique.

Merci pour tout ce que tu nous a apporté, Manu Dibango. « O kele woae mvoae a Nyamodo », dirai-je en Ewondo, ma langue. Va en paix, cher Artiste, cher Baobab. Bon retour auprès de nos Aïeux. Nous sommes tristes, mais nous savons avec quel joie ils t’accueilleront. ©Minsilizanga.com Auteure – Poétesse – Fondatrice de Dzaleu.com

%d blogueurs aiment cette page :