De la tranquillité d'esprit - 4 (Minsili ZANGA)
Articles Blog

Prendre le temps de s’arrêter sur ce qui nous nourrit intérieurement

De la tranquillité
4/5

Quatrième billet de ma réflexion sur les notions de tranquillité et de libre-arbitre : après avoir compris que les choses n’ont d’importance que celle qu’on leur donne, pourquoi il est nécessaire de prendre le temps de s’arrêter sur ce qui nous nourrit intérieurement.

Il est important de s’arrêter pour faire le point sur ce qui nous nourrit intérieurement

Oui, déterminer ce qui doit nous nourrir. Nous le faisons avec la nourriture physique. Et même si certains aléas nous poussent parfois à manger ce que nous ne souhaitons pas, nous savez que c’est temporaire ou vous savez quel bénéfice votre corps ou porte-monnaie en tirera.

Idem, lorsque certains moments de faiblesse nous poussent à ingurgiter un aliment ou boisson avec excès tout en sachant les risques, nous le faisons pour certains avec une once de culpabilité pour d’autres sans regret mais dans tous les cas, nous savons au fond de nous que cet alcool pris en excès, ces sucreries, auront des conséquences sur notre corps. Certains essaieront d’y remédier par une activité physique, d’autres par la diète, régime, etc. Mais une vérité demeure : nous étions au courant des risques potentiels au départ. Nous avons « choisi » en connaissance de cause.

AZANIA (recueil de nouvelles) de Minsili ZANGA MBARGA

Le principe qui marche pour notre corps physique est le même en Esprit : c’est à nous de choisir

Choisir de rester dans une relation ou environnement pathogène ou émulant. C’est aussi ça le libre-arbitre. Arrêtons-nous sur cette chose que peu avouerons : dans leurs têtes, ils sont en guerre ! Combien mènent des dialogues, des combats épiques intérieurement ? Combien fomentent mil stratagèmes et plans contre des ennemis qui parfois dans la vraie vie ne les connaissent même pas ?

Est-ce mauvais ? La question n’est pas là car encore une fois, c’est chacun qui définira ce qui lui est « profitable » ou non. Par la suite, la Nature se chargera de nous montrer si notre stratégie a été « payante » ou non.

Dzaleu+Mag numéro 1

Pourquoi te bas-tu dans ta tête et avec qui ?

Prenons l’exemple des guerres intérieures, cette sorte de « chemin de croix » qu’on s’inflige à soi-même. Lorsqu’on mène des guerres imaginaires avec des ennemis qui dans la vie réelle sont loin de le soupçonner, cela change quoi concrètement au présent de celui qui le fait, à son quotidien ?

Avoir la force de se demander :
Est-ce que ces combats intérieurs ne nourrissent pas ta colère/frustration/envie ?
Est-ce ce que tu veux, n’être que colère et frustration ?

La prochaine fois qu’un combat débutera dans ta tête, et si en lieu et place d’une prière pour que tel dieu ou force brûle de mil façon ton supposé ennemi, tu te mettais en spectateur de toi-même ? Agis comme si tu te regardais et demande-toi : ça m’apporte quoi cette lutte ? Ça rembourse mes dettes ? Ça augmente mes revenus ? Ça me rend plus heureux ?

Répondre à ces questions oblige à prendre du recul, à voir qu’on a toujours le choix et que ce choix n’est pas inné. ©Minsilizanga.com

Tous les billets sur la tranquillité et le libre-arbitre

VOIR LA VIDÉO LIÉE

%d blogueurs aiment cette page :