Entretien avec Armand Willy Asse, porteur du projet fédéraliste FEDEK (Federation Ekang, Cameroun)
Articles Blog

Cameroun et montée du sentiment fédéraliste : 7 questions à Armand Willy ASSE, initiateur du projet FEDEK

Cameroun et montée du sentiment fédéraliste : 7 questions à Armand Willy ASSE, initiateur du projet FEDEK

Dans un entretien grand format consultable ici, Armand Willy ASSE nous livre sa vision du fédéralisme. Entrepreneur et journaliste d’investigation, il est au cœur du projet « FEDEK (Fédération Ekang). » Surtout, il nous y explique pourquoi il est urgent que l’État du Cameroun revienne au fédéralisme.

Pour Armand Willy ASSE, « L’État unitaire a montré ses limites. » C’est le constat qu’il fait à l’observation de la scène camerounaise et les différents modèles d’État dans le monde. Ceux qui s’en sortent le mieux sont basés sur un modèle fédéraliste. Exemple avec la Suisse, l’Allemagne, les États-Unis, l’Éthiopie, et même le Nigeria. Selon lui, ce n’est pas un hasard si les 14 pays de l’Afrique francophone sont à la traine. En cause, leur modèle d’État centralisé.

Le fédéralisme, une question de gestion et répartition des ressources

Parlant du Cameroun, Armand Willy ASSE est convaincu que seul le fédéralisme pourra résoudre les poches de conflits. C’est le au NoSo (Cameroun anglophone) ou au Septentrion. De même, il trouve dans le fédéralisme, la solution aux tensions communautaires.

Pour Armand Willy ASSE, le fédéralisme permettra aussi au Cameroun de mieux gérer et repartir les ressources, et surtout, proposer un modèle d’État plus performant que le modèle centralisé ou décentralisé actuel. Dans la suite de l’interview écrite, le concepteur de la FEDEK nous approfondit sa vision du fédéralisme en vidéo.

Propos recueillis par Minsili ZANGA – ©Dzaleu.com

%d blogueurs aiment cette page :